#21 – La première fois

Rendez-vous donc comme prévu à la piscine de Vence pour ma première fois. Un peu stressé, je ne voulais pas trop me montrer ne sachant pas comment me caller par rapport aux petits copains pour qui ce n’était pas la première fois.

Nous passons donc le portail avec madame, nous nous acquittons de la redevance d’entrée, nous nous dirigeons vers les vestiaires et j’enfile donc mon jammer et prends la direction du grand bassin (qui est en fait un petit bassin de 25m). Petit calcul vite fait, pour faire 1,5km, il faut que je fasse 60 longueurs de bassin. À première vue ça fait un peu peur quand même. Je me demande si ce n’est pas plus facile de faire ça en mer sur une ligne droite… m’enfin toutes ces peurs ne me feront pas reculer. Je demande à madame de lancer le chrono lorsque j’aurai mis mes lunettes et commencer à nager et je m’engage. Je choisie la ligne d’eau à l’extrémité de la piscine. Nous étions seulement deux à nous la partager. Je me dis que je vais pouvoir nager tranquillement.

Lunettes en place, je m’élance contre moi-même. Je ne sais absolument pas ce que c’est que 1,5km à la nage. L’ai-je déjà fait ? Vais-je m’essouffler en 200m ? C’est l’inconnue. Je pars donc tranquillement en ne me servant pas trop de mes jambes (faut s’économiser pour le vélo et la CAP – mais surtout pour la distance qui m’attends). 1, … 2, …3, …2, je décide de ne compter que les aller-retour, cela ne me demandera de compter que jusqu’à 30 (cela donne l’impression d’en faire moins). Ce n’est qu’une impression certes, mais c’est moins choix. Je nage, je continue. À la piscine il n’y a aucune horloge, je n’ai donc aucun repère de temps. Je nage seul face à la distance. Je me dis que je verrais bien à la fin (j’ai pour objectif de découvrir la distance et de mettre un premier vrai temps que je pourrais améliorer ensuite). Je me rends compte assez rapidement que je ne respire que d’un côté. Sur la droite. Et que je respire tous les deux mouvements. Je peux faire mieux, trois ou quatre mouvements, respirer sur la gauche. Mais je choisie de faire au plus simple pour ne pas me perturber. Il sera temps sur les prochaines sorties d’apprendre réellement à nager.

750m, la moitié du parcours. Je décide de faire une longueur en brasse coulée (je pensais me reposer). J’ai vite trouvé que c’était une mauvaise idée, le mouvement n’est pas du tout le même et je ne force pas de la même manière sur mes membres. Je continue donc dans mon crawl.

1000m, là je me dis que c’est quand même fatigant. J’ai l’impression que ça fait 1h que je nage. Je continue j’ai fait les deux tiers du parcours.

1450m, le sprint final s’amorce. Du moins dans ma tête. Toujours est-il que dans le dernier tronçon je ne pense plus au chiffre 29, mais au chiffre 1. Plus qu’un 50m.

1500m, je touche, vire à gauche prends l’échelle et cours jusqu’à ma serviette pour arrêter le chrono. Je ne la trouve pas, madame l’a déplacée et je panique presque à l’idée de me dire que je n’aurais pas de temps correct. 10m plus loin, je trouve le sac, plonge ma main pour chercher le chrono jette un coup d’œil et appuie sur stop. 42’’30. Je me propose d’enlever 30’ entre le temps que j’ai mis à sortir de l’eau pour l’arrêter, mais je n’en suis pas à cette précision. J’ai un temps. 42 minutes. Je vais donc maintenant pouvoir commencer à regarder ma progression. Pour l’heure il est temps d’aller retrouver la belle famille dans le petit bassin pour les enfants en récupérant un peu.

Je terminerai avant de partir par un petit 100m en nage rapide histoire de me défouler (aie ça fait mal).

Ce que je retiendrais de ma première sortie piscine c’est :

  • 1500m ça se fait ;
  • 1500m c’est quand même long ;
  • Compter les longueurs dans sa tête c’est horrible
  • Tu te sens encore plus seul dans l’eau qu’en CAP ou à vélo.

À suivre…

Laisser un commentaire