#106 – La chèvre, acte 1

Départ à quatre aujourd’hui, je m’attends au pire au vu des performeurs présents. Lors du premier kilomètre commun à la majorité des parcours, le traditionnel choix s’effectue. Serpent, chèvre ou source ? De mon côté, je suis très attiré par la source que je connais bien et qui me donne déjà pas mal de travail. Mais les compagnons de route sont décidés à me proposer un nouveau parcours. Le problème c’est que j’ai déjà eu quelques échos sur le parcours du serpent et cela n’avait pas l’aire si simple. La chèvre ? Connais pas … après un rapide check avec Lionel, il m’affirme que la chèvre est plus facile que le serpent … le choix est donc fait, ce sera la chèvre.

Un parcours qui m’est donc inconnu, mais qui m’inquiète très rapidement. Ça grimpe !  Evidemment, mes compagnons me rassurent en m’indiquant que la descente arrive vite. Qu’à cela ne tienne je vais tâcher de faire bonne figure … une bonne 100ène de mètres derrière tout le monde …

La descente est enfin là, et elle descend plutôt bien. Je suis soulagé et reprends quelque peu mon souffle. Seulement, à force de descendre, je commence à comprendre qu’il va falloir remonter … Et vu ce qu’on vient de descendre, ça va tirer dans les gambettes !

Petit virage à droite et, horreur, je reconnais la route. Nous sommes sur la route de Vallauris. La petite route qui monte sévère que je prends lors des sorties vélotaf. Cette petite bosse me fait déjà bien souffrir à vélo alors à pied, je n’ose imaginer comment je vais arriver au bout.

Après de multiples efforts, j’entrevois le bout de l’épreuve de force. Mais c’était sans compter sur mes compagnons de route qui ne se satisfont pas de 5km … On me propose donc de faire « un tour de Galderma ». A ce moment-là, je ne me méfie pas autant que j’aurais dû. Bêtement, je me suis dit que même si le parc de Galderma est bien agréable, ce ne sera pas une torture que d’en faire le tour.

Moi qui m’imaginais déjà être remonté à la même altitude que Galderma je suis surpris par le petit chemin en descente que l’on emprunte … Qui dit descente, dit remonté … et en effet, il a bien fallu remonter une jolie petite côte. Finalement, c’est 3km de plus que nous avons fait grâce à ce « tour de Galderma ». Je suis au bout du bout … Mais quand même contant d’avoir découvert un nouveau chemin, qui de plus est ombragé !

Je ne suis pas sûr d’être prêt pour le serpent du coup …

 

Laisser un commentaire